Prochaine représentation
 
Dimanche  7 novembre 21 à 15h
aux Tanzmatten de Sélestat
Quai de l'Ill 67604 Sélestat

 

Entrée libre  - pass sanitaire obligatoire

Réservation : cidh@orange.fr ou 03 88 92 94 72  

un autre jour sans vent

Oratorio
d'après La Douleur de Marguerite Duras
Ed.P.O.L

Direction artistique
Violaine-Marine Helmbold

Avec la collaboration artistique de
Sabine Lemler et Jean Lucas
 
Avec 
Violaine-Marine Helmbold 

De mars à mai 2021,

la Cie EchoGraphe est intervenue dans le lycée Oberlin de Strasbourg

  • 2 représentations du spectacle Un Autre Jour sans Vent 

  • 4 h de préparation

  • 48 h d'interventions pratiques

  • création d'une Galerie Sonore

Pour accompagner 2 classes de Terminal et 2 classes de 1ère dans la rencontre des mots et des sons

Plus d'infos

15389193-63E7-4173-969F-B50204AFC196_1_2

1945. Fin de la Guerre : la Libération. Marguerite Duras a 31 ans. Elle attend le retour de son mari Robert Antelme dont elle est sans nouvelles depuis sa déportation en camps de concentration en 1944.

C’est son rythme effréné qui m’a fait aller vers ce texte.

C'est donc au départ une relation musicale que j'ai avec lui.

Et cette relation passe par la voix.

La Douleur est une écriture majoritairement factuelle composée de phrases courtes. Mais derrière ce qui semble une mise à distance, l'organique de la situation - historique et intime - nous rattrape par un phénomène stylistique constitutif de l'écriture de Duras : ce qui se dit n'est pas dans les mots, mais derrière les mots.

L'invisible.

Une parole musicale, mais non dénuée de sens, s'est imposée à moi : par le son s'approcher de cet invisible. Chaque performance vise cela.

Parce qu'il semble écrit sans filtre, La Douleur est une parole précieuse sur La Libération.

Duras y dépeint le quotidien des parisiens, son quotidien à elle, "suspendue" entre la vie et la mort, et y insère des fulgurances étonnantes d'analyse politique de la situation.

Le ping-pong constant entre l'Histoire et l'histoire intime nous oblige à des questions personnelles et dévoile les répercussions de cette période sur notre présent.

Mais parce qu'il aborde sans fard la réalité d'une époque, ce texte est pour moi porteur d'espoir : 

Robert Antelme revient de Dachau et "dans cette lumière qui accompagne le vent, l'idée de sa mort s'arrête".

Violaine-Marine Helmbold

"J'écris mesure par mesure, temps par temps, sans jamais essayer de trouver une correspondance plus ou moins profonde entre eux, les temps. J'ai laissé opérer cette correspondance à mon insu. Je l'ai laissé se faire. L'épreuve d'écrire, c'est de rejoindre chaque jour le livre qui est en train de se faire et de s'accorder une nouvelle fois à lui, de se mettre à sa disposition. D'accorder, s'accorder à lui, au livre. Il n'y a de composition que musicale. Dans tous les cas, c'est ce rajustement du livre qui est d'ordre musical. Si on ne fait pas cela, on peut toujours faire les autres livres, ceux dont le sujet n'est pas l'écriture."

Marguerite Duras,

entretient pour Le Nouvel Observateur

esquisses de travail

télécharger

le dossier de présentation

télécharger

le dossier pédagogique

télécharger

la fiche technique

DurasWesserling.png